La Ministre Schyns marque son intérêt pour les pratiques collaboratives en Hainaut

La Ministre Schyns marque son intérêt pour les pratiques collaboratives en Hainaut

  • Posté il y a 2 semaines

La Ministre de l’Education, Marie-Martine Schyns, s’est rendue récemment au Lycée Provincial des Sciences et des Technologies à Soignies. Objectif: comprendre comment les pratiques collaboratives ont été implantées dans l’Enseignement provincial et en tirer des informations utiles dans le cadre du futur Pacte d’Excellence.

La Province de Hainaut est clairement pionnière en termes de pratiques collaboratives entre enseignants dans les écoles secondaires. Sous l’impulsion de la Députée provinciale Annie Taulet, en charge de l’enseignement et de la formation en Hainaut, le projet « CollaborAction » a vu le jour en janvier 2017 et implique à ce jour 8 écoles et plus de 200 professeurs/éducateurs. Ces équipes d’enseignants se réunissent chaque semaine pour collaborer autour de projets pédagogiques, de préparation de leçons en commun,…Le tout sous la supervision de « coaches » issus du CAPP-Hainaut, le Centre d’Actions et de Projets Pédagogiques de la Province de Hainaut et du CPEONS, le Conseil des Pouvoirs Organisateurs de l’Enseignement Officiel Neutre Subventionné. « Nous en sommes aujourd’hui au début de la vague 4 et notre ambition est d’étendre le programme à l’échelle de notre pouvoir organisateur en 4 ans« , précise Nadine Joelants responsable du CAPP-Hainaut.

Pour la Ministre Schyns, il s’agissait de rencontrer professeurs, coaches et directions d’écoles afin de recueillir les avis de tous sur ces méthodes nouvelles qui permettent aux professeurs de mieux se connaître et donc de mieux se comprendre.  » L’enseignant est relativement individualiste, précise-t-elle, sortir de sa classe et collaborer via une démarche cadrée, c’est bien pour démarrer la collaboration« . Et précisément, « CollaborAction » systématise l’utilisation d’outils permettant d’atteindre des objectifs visant l’amélioration continue. Réunions hebdomadaires, fixation et suivi d’objectifs partagés, visualisation sur un tableau blanc, feedback entre enseignants, rencontres inter-écoles, autant de nouvelles façons de concevoir l’enseignement. Autour de la table, les échanges ont été fructueux, des enseignants motivés ont raconté comment ces pratiques collaboratives les ont amenées à mieux s’organiser, à dégager de nouveaux projets ou à apprécier le côté relationnel chaleureux. Les directions d’écoles semblent elles aussi s’y retrouver, comme le confirme Sonia Dupont, Directrice du LPST: « Cela me permet de prendre plus rapidement la température qui règne dans mon institution, les problèmes rencontrés. J’ai une vision plus réaliste de ce qui s’y passe« . Entre l’instabilité des équipes pédagogiques, les horaires difficiles à combiner ou la difficulté à faire adhérer tout le monde au projet, il est vrai que cette collaboration n’est pas toujours simple à mettre en place.  Ces points ont aussi été énoncés à la Ministre qui en a pris bonne note. Marie-Martine Schyns a cependant souligné l’enthousiasme qui anime ces acteurs de terrain leur permettant de passer au-delà de ces difficultés bien normales. Au final, le bilan dressé est largement positif et l’expérience devrait encore s’étendre à d’autres établissements dans un proche avenir.