ALARM: pour une sécurité sans frontière

ALARM: pour une sécurité sans frontière

  • Posté il y a 8 mois

Le projet ALARM a été lancé début février à Lille en France. Un véritable outil de coopération franco-belge qui vise à garantir la protection de la population des deux côtés de la frontière en coordonnant les services d’urgence. 26 partenaires travailleront durant 4 ans sur ce projet afin de développer une gestion partagée des risques et des crises. Sa mise en oeuvre s’inscrit dans le cadre du programme Interreg V soutenu en grande partie par le Fonds Européen de Développement Régional (FEDER) et devrait déboucher sur des solutions très concrètes.

Avec ses 21 communes transfrontalières, la Province de Hainaut est plus que jamais concernée par ce projet. Elle en est d’ailleurs l’un des acteurs principaux, au même titre que la Province de Flandre Occidentale et le Département des Hauts de France.  L’enjeu touche des millions d’habitants qui peuvent être exposés à des risques multiples de part et d’autre de la frontière: « On ne parle pas seulement des risques technologiques ou industriels, comme c’était le cas pour le précédent projet APPORT. Avec ALARM, on intègre les risques liés aux catastrophes naturelles, numériques ou encore aux actes terroristes, précise l’un des intervenants. Prenons l’exemple d’un nuage toxique. Il serait absurde de prendre des mesures différentes selon qu’on se situe à Valenciennes ou à Mons. Le nuage ne s’arrêtera pas à la frontière… » D’où l’intérêt d’organiser une planification et une coordination d’urgence transfrontalière.

Le projet s’articulera autour de 3 axes. Le premier a trait à la connaissance des risques. Un inventaire le plus complet possible sera dressé (Sites industriels, naturels,…) et concerne donc le volet prévention et gestion des risques. L’harmonisation du vocabulaire employé par les services de secours (parfois différent d’un pays à l’autre) fait aussi partie de ce volet, tout comme la connaissance et l’intégration des outils déjà existants. Une nécessité, comme le rappelait très justement M. Tommy Leclercq, Gouverneur de la Province de Hainaut: « Lors de la catastrophe de Ghislenghien, on avait par exemple constaté que les lances d’incendie françaises et belges n’étaient pas compatibles. Or, si l’on veut que les services travaillent ensemble et soient efficaces, il faut harmoniser cela aussi« . Le deuxième axe concerne précisément la coopération opérationnelle. Apprendre à travailler ensemble et partager les compétences et les connaissances de chacun. Des mises en situation sont d’ailleurs prévues, exercices grandeur nature qui réuniront tous les services concernés. Le 3ème axe aura pour ambition de sensibiliser les pouvoirs locaux et les populations sur les dangers potentiels et la manière d’y réagir.

Notons enfin que le Centre d’Informatique du Hainaut participe activement au projet ALARM en réalisant un site internet dédié, véritable outil de communication à destination du grand public et des nombreux partenaires.